Ça y est vous avez pris la décision ultime de vous lancez dans l’aventure ? Vous savez que cela ne sera pas facile. Tout le monde vous l’a dit. Vous ne savez pas encore quelles aventures vous attends. D’abord vous pouvez êtes fier de vous, sans audace, pas de gloire.

La réussite à un concours aussi difficile dépend essentiellement de 3 facteurs :

1 Votre capacité, votre potentiel intrinsèque

Vous êtes née avec ce que dame nature a bien voulu vous offrir. Un corps et un esprit qui fonctionne. Des neurones en place, et d’autres qui ne demandent qu’a se connecter.  Et je suis sur sur que cela est déjà largement suffisant pour réussir le challenge.  Mais rien ne sert de s’attarder sur ce premier point, puisque de tout façon,vous êtes né avec, et il faut faire avec, puisqu’on ne peut pas y changer grand chose.

2 Votre force de travail et votre volonté

On a souvent tendance à penser que plus on travaille, plus on augmente nos chances de réussites. C’est vrai… Jusqu’à un certain point. Si vous dormez 4 h par nuit, si vous êtes constamment en état de stress, si vous ne prenez pas le temps de manger, vous allez devenir totalement inefficace. Et votre moral va chuter en flèche. Vous allez être atteint de ce que j’appelle le cerveau liquide. Un cerveau saturé qui ne vaut plus grand chose.

Alors gérer votre masse de travail, charger la mule, mais ne la chargez pas trop. Et sachez que certains étudiants vont prendre 5h pour réviser un cours, pour en final en oublier la moitié 2 semaines plus tard. Là ou d’autres étudiants superviseront le même travail en 2 h chrono. Alors la force brute oui mais mais pas que… J’en arrive au dernier point, le plus important de tous, et le plus négligé…

3 Votre manière de gérer vos capacités

Vous êtes avec certains capacités. Vous êtes plein de volonté, prés a bosser 10h par jour ? Sachez que vous êtes des centaines dans ce cas. Ce n’est pas vraiment cela qui fera la différence. Nous avons souvent tendance a négliger la méthodologie, et croire que seul la quantité de travail fera la différence. Nombre étudiants négligent cet aspect pourtant essentiel. A compétence équivalence, un étudiant qui travail “mieux”, plus efficacement, sera beaucoup mieux classé.

être ou ne pas être ?

Faire des fiches ou pas faire des fiches ? Fluoter les cours ou non ? Relire les cours après chaque séances ? Se ruer sur les annales dés octobres ou attendre 15 jours avant les concours pour débuter les annales ? Sécher les cours pour préparer une colle ? Ne pas sortir pendant 3 mois ou vous coucher tard et danser la zouba tout les  samedi soir pour décompresser ? Travailler tout les soir jusqu’à 2 h pour boucler la journée ou se coucher tout les soir a 22h pour avoir un rythme sain ?

Optimisez

Tout ça sont des questions que vous devriez vous poser rapidement.Dés le début d’année, vous devez consacrer du temps a réfléchir a la manière la plus optimal de bosser, d’enchainer la masse de travail, et de prendre soin de votre force de travail. Faite vos choix, mais faites les judicieusement. Prenez soin de votre moral et de votre corps.

Dés que vous saturez, le soir, repérer ce moment et faite une pause. Ou décrocher totalement. Au lieu de passez 5 h sur un cours qui un matin vous en aurez pris 2. Essayer 250 manières différentes de réviser vos cours. Gardez celle qui marche mieux. Prenez conseillent des tuteurs, ils ont réussi, ils ont de précieux conseils a donner.  Faites la physique le matin si vous arrivez mieux, la bio le soir si c’est plus facile a mémorisez. Essayer l’inverse. OPTIMISEZ !

Conclusion : sans technique, la puissance n’est rien !

En début d’année, vous devriez dépenser autant d’énergie à réfléchir comment bosser, que de bosser comme une brute mais mal. Pourquoi ? Parce que la technique est aussi importante que la force brute. Et négliger la technique, peut vous faire planter totalement votre premier semestre, même si vous avez de très grandes capacités !

Depuis plus de 10 ans j’accompagne les étudiants de médecine dans leurs challenges. J’ai moi même du me surpasser pour obtenir l’un des concours les plus difficiles de France. Je peux vous aider à améliorer vos méthodes de travail, mais aussi à  réussir vos QCM